top of page

BILL BLUE : l'icone de Key West nous a quitté

Il était Blues. Il était Southern Rock. Il était Rock. Il était l'icone musicale de Key West en Floride. Depuis 35 ans, il se produisait essentiellement dans les Clubs de Key West.

Mais Messieurs, dames, c'était un géant. Croyez moi. Si le monde musical avait une certaine logique basée sur le seul talent des musiciens, il serait très haut dans la pile.

Celui dont je vous parle s'appelle BILL BLUE. Un nom passe partout et pourtant un très très grand de la musique américaine.


A mon retour de vacances, je viens d'apprendre son décès

Ce maître du blues a quitté la Virginie pour s'installer sur l'île au début des années 80, lorsqu'il a commencé son parcours pour devenir le parrain moderne de la scène musicale de Key West.

Au fil des décennies, Blue a diverti des milliers d'habitants et de touristes. L'un des meilleurs guitaristes de slide au monde, il a notamment ébloui les foules du Green Parrot au Key West Theatre. Ses performances mémorables au Key West Theatre sont légendaires.



Né à Aberdeen, North Carolina , Bill a d'abord pris une guitare quand il était à l'école à Richmond VA. Jouant d'abord avec des disques, Bill a commencé à développer sa technique unique de guitare slide.

Une rencontre fortuite avec Arthur (Big Boy) Crudup qui a écrit le hit d'Elvis Presley " That's Alright Mama ", a enflammé la passion de Bill pour la musique Blues. Arthur et Bill ont fait une tournée aux États-Unis, notamment en première partie de Bonnie Raitt lors de sa première tournée américaine.


Après la mort d'Arthur en 1974, Bill est sorti seul et pendant une décennie a fait de nombreuses tournées en partageant la scène avec BB King, ZZ Top, The Allman Brothers, Albert King, Johnny Winters, Hank Williams Jr et d'innombrables autres dans les festivals de blues à travers les États-Unis.

Dans les années 70, il nous a gratifié de 3 albums somptueux : "Streetpreacher" en 1975, "Sing like Thunder" en 1979 et "Givin' Good Boys A Bad Name" en 1980. Ces 3 albums sont des tueries totales notamment les 2 derniers. INDISPENSABLES !!!! Malheureusement ils n'ont jamais été édités en CD.

Votre serviteur à la chance d'avoir les vinyles 😃

Dans les années 80, fatigué de la route, Bill a arrêté de tourner et a déménagé à Key West.

Plus aucun album durant 30 ans ! Jusqu'à ce que le producteur britannique Ian Shaw ait persuadé Bill de retourner en studio.

Le LP résultant 'Mojolation' a recueilli des critiques stellaires, a été diffusée dans le monde entier et a atteint la première place du classement Blues de ReverbNation et du classement du British Blues Broadcaster.

"Mojolation" est sorti le 13 octobre 2013 lors d'une soirée de sortie de disque au Green Parrot et en l'honneur du nouvel album de Bill, de son travail caritatif et d'être LE musicien de la scène musicale locale. La ville de Key West a déclaré le 13 octobre Bill Blue Day à perpétuité.

Les deux derniers albums de Bill Blue « Mojolation » (2013) et « The King of Crazy Town » (2020) sont des albums de blues exceptionnels. Puisant dans le who’s who du blues de Floride, la liste des invités dépasse allègrement la vingtaine d’intervenants.


En 2017, je suis allé à Key West mais je n'ai malheureusement pas pu voir Bill. Cela restera l'un de mes plus grands regrets musical.


Bill est décédé le 15 juillet 2022 après une bataille contre le cancer de la gorge. Ca fait vraiment chier !

Chapeau bas l'artiste et bonne jam la haut






Dans les années 70 avec un Rick White de feu à la guitare ( qualité de la video médiocre mais version d'anthologie de ce morceau)







et puis cadeau, l'album complet "Sing like thunder" (meilleur album 1979)





43 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout

1 Comment


bottom of page