top of page

Harvey Mendel : un génie oublié !

Son album, sorti en 1968, Cristo Redentor est pour moi et sera toujours l'un des albums de guitare incontournables du siècle dernier.

A sa sortie, il a été immédiatement accueilli par les critiques et les fans de guitare comme un chef-d'œuvre psychédélique de jeu virtuose et d'innovation instrumentale.

Je suis assez stupide pour penser que ce n'était qu'un faible éloge.

Cristo Redentor était en avance sur son temps et il sonne toujours frais et vivifiant. La pureté sonore et la profondeur infinie de l'invention musicale de ce disque, entendu sur un bon système (de préférence à base de vinyle est tout simplement étonnante.


La version de "Wade in the water" est juste extra-terrestre. L'un des plus grands solos de l'histoire .

La chanson titre : « Cristo Redentor » a été jouée aux funérailles de Martin Luther King et a été présentée dans plusieurs films. L'accompagnement vocal sans paroles d'un groupe de quatre femmes est très émouvant. Le jeu de guitare de Mandel est sobre, élégant et réfléchi.


Comme vous le savez, Mandel a ensuite rejoint Canned Heat.

Plus tard, il a été invité à auditionner pour les Rolling Stones. Brian Jones était décédé en 1969 et Mick Taylor avait quitté les Stones. Bien qu'Harvey les ait impressionnés, il ne les a pas rejoints.

Être dans un groupe et laisser ses propres compétences de virtuose de côté n'était pas attrayant, je suppose, et Mandel s'est rapidement retrouvé seul.

Le meilleur de sa carrière est réuni dans un coffret, Snake Box (2015/Cleopatra). Magnifique puzzle de son talent et de son inventivité, il met sous les projecteurs l'inconnu le plus connu des guitaristes américains, un architecte de la 6 cordes comparable à nul autre de ses contemporains


La contribution qu'il a apporté à la musique pour la guitare du 20e siècle est énorme. Ne l'oublions pas !







21 vues0 commentaire

Commentaires


bottom of page