NRBQ : un groupe déjanté

J'ai 7 ou 8 albums vinyls de ce groupe américain de Miami.

Formé en 1969 , ce groupe a très peu fait parler de lui, surtout en France !


Et pourtant il était composé de musiciens extraordinaires avec un haut degré de spontanéité et de légèreté, et une capacité incroyable à mélanger des styles rock, rockabilly, pop, jazz, blues.

Probablement ce qui a fait qu'il n'a jamais connu le succès qu'il aurait mérité. Pas de tube et pas de "style unique"

L'abréviation "NRBQ" signifie New Rhythm and Blues Quartet, tout simplement.


Durant la longue histoire du groupe, de nombreux membres se sont succédés. Les membres historiques en étant Terry Adams, le pianiste défoncé, Al Anderson, le guitariste énorme, Joey Scampinato, le bassiste et Tom Ardolino, le batteur.


La musique du groupe a attiré des fans aussi divers que Elvis Costello, REM, Wilco, Widespread Panic et Nick Lowe. Les chansons de NRBQ ont inspiré des reprises de Bonnie Raitt, Los Lobos, et Dave Edmunds, entre autres.

Sur les albums de NRBQ, il faut accepter de changer de style à chaque morceau et de passer d'un joyau à un morceau anodin. Le tout dans une ambiance sautillante pour ne pas dire dansante.


NRBQ a sorti une série d'albums au cours de la dernière décennie, parmi lesquels Keep This Love Goin '(2011), Brass Tacks (2014) et la rétrospective de 5 disques sur 50 ans, High Noon (2016). J'avoue ne pas connaître ces derniers albums mais plutôt ceux des années 70, tous assez juissifs, en particulier "NRBQ" (1969, "Scraps"(1971) et "at yankee stadium" (1978)


Un super groupe avec de grands musiciens !






3 vues

Restez informé

Si vous souhaitez suivre nos dernières actualités, n’hésitez pas à vous abonner à notre newsletter.

  • Facebook
  • Instagram
  • Icône sociale YouTube