top of page

ASTRAL WEEKS : album mythique de VAN MORRISON

Si vous cherchez un album mythique dans le monde du Rock, posez vos 2 oreilles sur le « Astral Weeks » de Van Morrison. L'un des chefs d'oeuvre du génial artiste Irlandais. Souvent considéré comme son meilleur album.

En novembre 1968, l'irascible auteur-compositeur de Belfast a sorti un cycle de chansons acoustiques influencées par le jazz qui comprenait des percussions minimales, une contrebasse, une flûte, un clavecin, un vibraphone, des cordes et des paroles sur le fait d'être transporté dans « un autre temps ». et « un autre endroit ». L'album a été enregistré en trois sessions, avec les arrangements de cordes ajoutés plus tard. La plupart des chansons ont été capturées dès la première ou la deuxième prise.

Morrison a qualifié les sessions qui ont produit l'album "d'étranges", ajoutant que « c'était comme une sorte de situation alchimique ».

Une décennie plus tard, Lester Bangs qualifiait l’album de « document mystique » et de « phare, lumière sur les rives lointaines de l’obscurité ». Bruce Springsteen a déclaré que cela lui donnait « un sentiment du divin ». Le critique Greil Marcus a assimilé l'album à la performance record de Bob Beamon en saut en longueur aux Jeux olympiques de Mexico, un exploit singulier qui était « bien en dehors de l'histoire


Lorsqu'on lui demande quel est le secret du classique  Astral Weeks  LP de Van Morrison 50 ans plus tard, Warren Smith a une réponse simple : « Il a trouvé les bonnes personnes. »

Une équipe de crack du jazz que le producteur Lewis Merenstein a recrutée pour accompagner l'auteur-compositeur-interprète irlandais, parmi lesquels le vibraphoniste Warren Smith, le bassiste Richard Davis, le Modern Jazz Quartet. la batteuse Connie Kay et le guitariste Jay Berliner.


Désignant le premier album solo de Morrison comme le 19e meilleur album de tous les temps,  Rolling Stone  a qualifié le casting de soutien de « touche finale ».


Comme décrit dans  Astral Weeks , le livre magnifiquement élaboré de Ryan H. Walsh de 2018 sur la création et le contexte historique de l'album, les musiciens ne connaissaient absolument pas Van Morrison avant la première des trois sessions d'enregistrement, tenues fin septembre 1968. Il en va de même pour Morrison et son nouveau groupe d'accompagnement.

Même en studio, le chanteur restait à l’écart. "Certaines personnes sont vraiment déçues quand je leur parle de la réalisation du disque", a déclaré le bassiste Davis à  Rolling Stone  en 1987. "Les gens disent : 'Il a dû vous parler du disque et créer le sentiment magique qui devait être là.' …' À vrai dire, je ne me souviens d'aucune conversation avec lui. Il est plutôt resté seul. Il n’a fait aucune suggestion sur quoi jouer, comment jouer, comment styliser ce que nous faisions. Du Van Morrison pur jus.

Mais il s’avère qu’aucune suggestion n’était nécessaire.

Cet ensemble ad hoc a réalisé une œuvre d' une pureté douloureuse rarement égalé.

Chacun fera son choix de morceau préféré parmi les 8 que contient cet album d'anthologie


Recommandation particulière : vous pouvez aussi vous procurez l'excellentissime Live at Hollywood Bowl de 2008 fêtant le 40 ème anniversaire d'Astral Weeks










7 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comentários


bottom of page