top of page

JOHN MARTYN : Solid Air (1973)

Il y a 50 ans sortait cet album du visionnaire John Martyn. Il me faut vous dire un mot dessus !

Obsédant, éthéré, beau, Indémodable, intemporel, le chef d'oeuvre avec "Bless The Weather" du génie qu'était John Martyn.


Lorsque le grand auteur-compositeur-interprète britannique John Martyn est décédé en janvier 2009, il y a eu au départ très peu de couverture médiatique - puis les gens ont réalisé l'importance de cet artiste innovant et créatif dont le travail avait rapidement dépassé ses origines folkloriques à la fin des années soixante.

La vie de Martyn était indéniablement désordonnée : il était autodestructeur, accro à l'alcool et aux drogues, dépressif, erratique et en 2003 s'est fait amputer une jambe.

Mais sa musique jusqu'au début des années 80 était extraordinaire.

Il était un guitariste virtuose et un chanteur très expressif, et était aussi intéressé par les nouvelles technologies pour la guitare et le studio d'enregistrement qu'il était ancré dans le folk britannique et le blues.

Lui, comme Tim Buckley , a naturellement assimilé l'improvisation jazz et le blues terreux dans le contexte folk-rock, et Martyn a créé une série d'albums qui ne ressemblaient à rien de ce qui l'avait précédé.

Son déclin a peut-être commencé lorsqu'il s'est séparé de sa femme Beverley – bien qu'il ait créé l'un des grands albums sombres de la culture rock, Grace and Danger de 1980. Après cela, la suite était moins bonne.



Mais dans la décennie précédente, il déversait ses dons sur des albums remarquables, aucun n'étant plus pleinement réalisé que Solid Air en 1973.


Vous auriez du mal à savoir dans quel bac de magasin de disques -- folk, rock, jazz, blues -- le mettre : peut-être que "Albums de génies" n'est pas encore une catégorie.

Solid Air n'était pas seulement un point culminant pour Martyn, mais définissait une sorte de possibilité musicale que peu avaient les compétences techniques ou la vision pour réaliser.

« D'une beauté obsédante » est la phrase qui lui est le plus souvent attachée, et c'est un éloge doux. Solid Air est certainement cela, mais il semble aussi musicalement innovant et audacieux, même maintenant.

Martyn est décédé alors que l'édition Deluxe du double disque 2009 était en cours de préparation et c'est une tragédie qu'il n'ait pas vécu pour entendre à nouveau les éloges sur l'album. Mais à bien des égards, il avait déjà tout entendu. Personne n'a besoin d'ajouter autre chose que de noter qu'il s'agit d'un album exceptionnel, différent et obsédant - 36 ans après sa sortie.

L'édition Deluxe est livrée avec 16 titres supplémentaires, pour la plupart des versions studio alternatives.


On dit que l'homme ordinaire projette une ombre mais qu'un homme de génie projette de la lumière. Solid Air est presque aveuglant.











Et une version plus qu'émouvante à la fin de sa carrière !!!!!


18 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page